« Moi j’aime pas la musique classique » vol 2 : Barry Lyndon et Franz Schubert

Même pour ceux dont l’oreille est rétive aux harmoniques des compositeurs classiques, voici un violoncelle qui ne peut que marquer vos mémoires. Simple, mélancolique, tragique, émouvant… Et ce piano, derrière, qui reprend le thème… ! Grands dieux, que cela m’émeut. Meuh.

Il existe des dizaines de versions de ce célèbre extrait du trio opus 100 en mi bémol, mais c’est celle-ci que Stanley Kubrick a choisi, après de très longues recherches, pour devenir l’un des thèmes de son film « Barry Lyndon ». Je vous ai mis la version en entier mais aussi l’une des scènes du film où la musique est utilisée, très belle scène où le personnage principal rencontre, à la lueur de la bougie, la comtesse de Lyndon, qui deviendra sa femme.

Chers amis non-amateurs de musique classique, visez un peu cette tuerie et on verra après si vraiment vous n’aimez pas ça.

Danse n°1 en mi bémol majeur, trio opus 100 2ème mouvement de Schubert, version de Ralph Holmes au violon, Moray Welsh au violoncelle, Anthony Goldstone au piano


Scène de Barry Lyndon (Stanley Kubrick) : la rencontre entre Redmond Barry et lady Lyndon

Publicités
Cet article a été publié dans Violon. Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour « Moi j’aime pas la musique classique » vol 2 : Barry Lyndon et Franz Schubert

  1. Gauthier dit :

    « Five years in the army, and some considerable experience of the world, had by now dispelled any of those romantic notions regarding love with which Barry commenced life. And he began to have it in mind, as so many gentlemen had done before him, to marry a woman of fortune and condition. »

    Le film est bien plus célèbre pour sa Sarabande de Haendel. C’est bien que tu aies pris le contre-pied en préférant cet extrait ! Il y a d’autres moments savoureux de musique classique chez Kubrick : la danse des vaisseaux dans 2001 (Le Beau Danube Bleu), l’intro d’Eyes Wide Shut (Chostakovitch, suite pour jazz °2) ou encore la scène de sexe à trois frénétique dans Orange Mécanique (Guillaume Tell).

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s